ODIOT A PARIS

Jean-Baptiste Claude Odiot (Paris, 8 juin 1763 - Paris, 23 mai 1850) est un orfèvre français, attitré de la cour et de la famille de l’Empereur Napoléon Ier. À ce titre, il bénéficia de prestigieuses commandes de l’Empereur et de sa famille : le sceptre et l’épée du Sacre, le berceau du Roi de Rome, les immenses services de Madame Mère et de Pauline Borghèse, le service de campagne de l’Empereur…

Il est le petit-fils de Jean Baptiste Gaspard Odiot, lui-même orfèvre, créateur de la maison Odiot, encore active en 2013. Jean-Baptiste Claude a été influencé par le retour des motifs classiques grecs et égyptiens que l’on rencontre dans les styles Directoire et Empire. Les modèles créés par Odiot à cette époque sont marqués par l’utilisation fréquente du vermeil. Son fils Charles Nicolas Odiot (en) (1789-1868) qui excellait dans le style rocaille, a succédé à son père et est devenu le fournisseur attitré de Louis-Philippe et de la famille royale d'Orléans. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise

Né le 9 juillet 1823, GUSTAVE ODIOT, prend le 16 aout 1856 la suite de Jean-Baptiste et de Charles Nicolas. C'est le technicien de la famille. Comme son père l'a fait avant lui il va rompre avec le genre de fabrication de Charles Nicolas et s'adapter au genre du second empire; Doué d'un gout parfait, il réussit à merveille; il est comblé d'honneur.

Dès 1862, une médaille d'argent couronne ses travaux à l'exposition de Londres, puis en 1867 c'est une médaille d'or à Paris. A l'exposition de 1878 reçoit une médaille d'or ou il expose des somptueuses pièces d'argent, candélabres, surtouts, vaisselles massives, tout le luxe de la table.

La maison ODIOT par ses attaches avec le passé et sa fidèlité à ses origines à le mérite de maintenir de glorieuses traditions.


 
 
 
Produits